Vendredi 19 février : Appel d’urgence "grand froid"

Nous sommes parti de Brest à trois vendredi 19 février pour le camp de Grande-Synthe.

Deux objectifs :
- répondre à l’appel d’urgence "grand froid" du camp
- nous impliquer dans l’organisation du nouveau camp

Photo : Les Amis De Jacques Bialski Le premier objectif a été modifié en cours de mission : l’appel à couverture a été très efficace et les duvets et couvertures ont afflué en grand nombre dans les heures qui ont précédé notre arrivée. Nous avons donc décalé notre action sur ce qui était le plus en pénurie : le gaz, qui sert à cuisiner et à se chauffer. Les magasins aux alentours étaient en pénurie, nous sommes donc allé dévaliser deux enseignes de Lille pour rapporter soixante cartouches du précieux carburant de chauffage.

Le second objectif, la prise de contact avec l’organisation du nouveau camp, a été rempli à moitié : François-Xavier, étudiant, avait formulé l’envie de donner beaucoup de temps à l’école du camp actuel comme du prochain camp. Il a rencontré Nicolas, président de l’association Wise, qui sera le coordinateur des actions éducatives et culturelles sur le nouveau camp. Échanges de contacts, discussions autour de programmes pédagogiques, de disponibilités, la réunion a permis d’identifier les besoins des ceux côtés.

Par contre Cyril, qui se rendait sur place pour aider sur la logistique et anticiper l’appel à bénévoles de MSF pour déplacer les personnes vers le nouveau camp (96 bénévoles par jour pendant 5 jour) n’a pas pu rencontrer MSF à cause de la réorganisation de notre journée. Cependant, Nicolas détient tous les contacts et une mise en relation distante reste toujours possible. De plus nous savons que Yann d’Utopia 56 était sur place ce week end, nous pourrons donc nous mettre à leur disposition le moment venu !

Enfin nous avons fait un nouveau tri des affaires entreposées dans le hangar des Amis de Jacques Bialski afin d’en faciliter la distribution. Nous avons envisagé que ces affaires, notamment le stock de duvets et de couvertures qui restent, soient acheminés vers le nouveau camp où il en manque encore en grandes quantités.

Les prochaines étapes sont probablement :
Nous rapprocher des voltigeurs de Morlaix et de Utopia 56 pour les actions suivantes,
Continuer à nous mettre à disposition des personnes qui vont coordonner le nouveau camp et proposer nos bras sur les opérations proposées.

Suivez-nous